jeudi 16 mars 2017

Sauvetage réussi

Ce soir, en revenant de l'AMAP (groupement de producteurs locaux et bio), alors que la nuit était tombée... je vois une boule de piquants au milieu de la route... Je dis alors à Johann que nous allions aider un hérisson à traverser la route sans se faire écraser !

Je prends un sac plastique dans le coffre et je récupère délicatement l'animal que Johann commence à examiner.

Nous décidons de l'embarquer pour le libérer dans le champ derrière chez nous, loin d'une route.

Aussi dit, aussitôt fait et voilà le hérisson dans une boîte à la maison, attendant que nous mangions notre soupe, pour retrouver la liberté.

Moins de deux heures après son sauvetage, la petite boule de piquants était déposé dans le champ et commençait à chercher pitance avec son museau pointu (turlututu... je sais c'est nul !).

herisson3.JPG

herisson4.JPG

herisson2.JPG

herisson1.JPG "Hé, c'est lourd un hérisson !" Johann

Une dernière photo... il est trop chou ! herisson5.JPG

Ce soir, notre fiston était très heureux d'avoir pu prendre, dans ses mains, un hérisson. Il s'est endormi le sourire aux lèvres...

mercredi 1 juin 2016

Ça marche à tous les coup

La technique du bâton pour faire sortir la bébête de son trou est maîtrisée par fiston... et ça marche à tous les coups.

grillon9.jpg

grillon8.jpg

grillon3.jpg

Voici le terrier de la petite bête... l'entrée est propre et sans herbe...

grillon6.jpg

Et voici la bébête en question : le grillon.

grillon1.jpg

grillon2.jpg

grillon7.jpg

Avec la présence du bâton...

grillon5.jpg

grillon4.jpg

On en a attrapé deux : un mâle et une femelle... malheureusement, la femelle s'est jetée sur le mâle et lui a sectionné les deux grandes pattes de derrière au niveau du thorax... les grillons sont herbivores et carnivores, ne l'oublions pas ! Nous avons relâché le mâle qui a alors réintégré son terrier... en espérant, qu'il plaira quand même à une femelle... La femelle a été remise dans son terrier le lendemain après avoir séjourné une journée dans la classe de Johann.

L'attitude de la femelle envers le mâle, a beaucoup intrigué Johann qui a pu voir que dans la nature, les animaux ne se faisaient pas de cadeau ! Du coup, il n'aime pas les femelles grillons !

À plus tard...

vendredi 12 février 2016

Les traces d'animaux

Quand on se balade, on peut voir des oiseaux, des oiseaux, surtout des oiseaux... on peut aussi voir beaucoup d'insectes et d'araignées. On peut aussi, parfois, rencontrer des lézards et des rampants (vipères ou couleuvres)...

Pour ce qui est des mammifères... à part les chats et les chiens, il est difficile d'observer d'autres espèces... Quelques fois, on peut rencontrer un chevreuil... ou des chevreuils au loin à la tombée de la nuit. Il m'est même arrivé d'en suivre un ou d'en voir un qui traversait la route devant moi... On peut aussi apercevoir un lièvre qui fuit à grands bonds. Ma plus belle image fut de voir, de ma voiture sur l'autoroute, vers Vannes, un renard qui trottinait dans un champ. Je ne parle pas des vaches, moutons, chèvres, cochons, chevaux, ânes, ... ces animaux sont assez faciles à observer dans la campagne et dans les fermes pédagogiques.

Alors, comment faire pour savoir quels animaux fréquentent un coin de campagne ? Il faut regarder au sol, au pied des arbres, ... il faut trouver des traces de leurs passages... empreintes, coulées, restes de nourriture, ...

Voici une coulée, que j'ai trouvé en me baladant. Celle-ci est très visible. Parfois, ce sont des passages plus étroits. coulee.JPG

Des oiseaux ont pataugé dans une flaque boueuse et y ont imprimé leurs empreintes. oiseau.JPG

oiseau2.JPG

Et cette trace dans cette autre flaque d'eau boueuse ? Qu'est-ce donc ?

rampant1.JPG

rampant2.JPG

rampant3.JPG

Toujours pas trouvé ? Voici la réponse...

rampant4.JPG

Et ce ver a continué son chemin tranquillement... observer comment il se déplace et laissa sa trace fut un bon moment d'observation...

rampant5.JPG

Pour l'observation des empreintes, j'ai fabriqué un empreintoscope (allez voir sur le site d'Émilie : ici). Profitez-en pour visiter son site.

Voici l'empreintoscope que j'ai fabriqué et que Johann s'est déjà approprié lors d'une longue balade avec moi.

empreintoscope.JPG

Je vous montre les empreintes déjà observées dans mon prochain article.

À plus tard...

lundi 24 août 2015

Mimétisme 3

Ce papillon, il a été repéré par Johann lors de notre promenade sur un chemin des bois de la Loges-des-Gardes, petite station de ski de basse altitude. Nous y étions il y a quelques jours pour une journée.

Le voyez vous ?

papillon-vert1.JPG

D'un peu plus près peut être...

papillon-vert2.JPG

Et celui-là ? Il est un peu moins caché !

papillon-vert3.JPG

Le voilà...

papillon-vert4.JPG

Dans la verdure, leurs ailes de la forme et de la couleur des feuilles, leur permettent un sacré camouflage...

Quel est ce papillon ? Le "Citron" (Gonepteryx rhamni L.)

=> Il est jaune citron chez le mâle.

=> Il est vert d'eau chez la femelle.

dimanche 23 août 2015

Mimétisme 2

Ce papillon, c'est moi qui l'ai repéré... chez Pépé et Mémé en Bourgogne, sur le poteau en bois sur lequel est suspendu le thermomètre...

papillon1.JPG

D'un peu plus près...

papillon3.JPG

Le voilà qui se dévoile...

papillon4.JPG

Un peu plus encore...

papillon2.JPG

Là, il n'y a plus de doute... il y a bien un papillon !

papillon5.JPG

Mais quel est ce papillon ? Le "Gamma" ou encore le "Robert-le-Diable" (Polygonia c-album L.)

samedi 22 août 2015

Mimétisme

Voici un joli papillon que Johann a trouvé sans chercher, chez Mamie... Il fallait tomber dessus car franchement, si on n'y avait pas fait attention... on aurait pu le prendre pour une petit morceau de brindille de bouleau... Voyez vous-même !

papillon-mimetisme1.jpg

papillon-mimetisme3.jpg

papillon-mimetisme2.jpg

papillon-mimetisme5.jpg

papillon-mimetisme6.jpg

Une dernière pour le plaisir... il est superbe ce papillon !

papillon-mimetisme4.jpg

Mais quel est ce papillon ? "Le Porte-écu-jaune" (Phalera bucephala L.)

jeudi 6 août 2015

Le hérisson

Un hérisson ou une hérissonne a laissé des traces de ses passages dans notre jardin...

maison.png

... des crottes !

Autant quand un chien vient faire ses besoins devant la maison ou le garage, ça me met en rage (parce qu'en plus ça sent très mauvais !). Autant quand un hérisson fait de même, cela me met en joie. D'abord, cela ne sent rien, puis c'est compact (parce qu'il y a certains caca de chien je ne vous dis pas... des mini-bouses !) et enfin, c'est assez joli (c'est noir, ça brille... vous allez me dire : elle est folle celle la! Trouver des crottes belles ! Pourquoi ne pas les encadrer pendant qu'elle y est !). Je repousse ces-dernières sous la haie et on n'en parle plus. Je suis contente de voir ces crottes de hérisson car je me dis que ce-dernier s'occupe sûrement des escargots, des limaces et autres indésirables qui grouillent dans le jardin. Donc, j'accepte volontiers... ces petits cadeaux qui viendront nourrir la micro-faune qui vit sous mes haies et donc indirectement, nourrir ces mêmes haies.

Je vous laisse admirer les crottes en question...

crotte-herisson-1.JPG

crotte-herisson-2.JPG

crotte-herisson-3.JPG

crotte-herisson-4.JPG

crotte-herisson-5.JPG

crotte-herisson-6.JPG

... après avoir vu ces crottes, je suis sûre que certains parmi vous se disent qu'ils les ont déjà vu dans leur jardin. Si c'est le cas, je vous félicite, vous avez un super auxiliaire jardinier qui vous rend visite.

En plus, à part ces crottes, c'est un visiteur (surtout nocturne) très discret. Il entre sur votre terrain, le visite, croque ce qu'il trouve en petits animaux, fait sa crotte et s'en va. Pas dérangeant pour deux sous !

Autre point : nous habitons en plein milieu d'un lotissement et cela n'arrête pas les hérissons... du moment qu'il y a des haies, des buissons, des arbustes. Bref, de la vie naturelle sur votre terrain et autour de votre terrain.

Un peu de culture : le hérisson

  • nom latin : Erinaceus europeaus
  • C'est un animal nocturne : il dort donc la journée. On peut tout de même le rencontrer en journée pendant la période des amours... quand il cherche l'âme sœur.
  • C'est un solitaire et gare au hérisson qui viendrait sur son territoire.
  • Description : il est plutôt rond et il est hérissé de piquants. Il fait autour de 30cm de long quand il est adulte et peut peser entre 600g et 1kg. Ses pattes avants et arrières ont cinq doigts.
  • Habitat : partout où l'on trouve des haies, des buissons, des forêts, ...
  • Nourriture : des escargots et des limaces, des insectes, des vers de terre, des œufs tombés à terre, des fruits tombés à terre, des champignons, des serpents, ... c'est un carnivore. Donc aucun risque pour les fleurs et les légumes.
  • Son nid : dans un trou ou sous une haie ou sous un tas de bois, ... il est fait d'herbes et de feuilles sèches.
  • Il hiberne entre les mois d'octobre et d'avril. Il peut se réveiller de temps de temps.
  • Sa reproduction : la saison des amours se situe entre les mois d'avril et d'août. Il peut y avoir deux portées par an. Et à chaque portée, il y a entre quatre et six naissances.
  • Ses traces de passage : des crottes noires, brillantes avec des restes d'insectes ainsi que des traces de pas si le sol le permet.
  • Lorsqu'il se sent agressé, il se met en boule en dressant ses piquants.
  • Ses ennemis : le chien, le renard, la fouine et surtout l'homme. La population de hérissons est en déclin principalement à cause de nous les hommes et de nos véhicules et des poisons que l'on répand dans nos jardins (anti-limaces, insecticides, ...)!
  • C'est un animal protégé.
  • Apparition sur notre planète : Les premiers hérissons seraient apparus il y a plus de 15 millions d’années. Il a peut évoluer au fil du temps.
  • Cause de la mortalité : les accidents de la route, de vieillesse, quand il est affaibli (maladies, parasites : puces, tiques et acariens).

Pour en savoir plus :

Le magazine : La Hulotte N° 77, 1999

hérisson1 (hérisson photographié par mes parents sur leur terrain)

lundi 6 juillet 2015

Il était une fois... un petit visiteur bien accroché

Ben oui... Johann a hébergé pendant quelques jours, un petit animal sur son cuir chevelu... nous ne l'avons remarqué que hier après-midi (dimanche)... pas de pharmacie ouverte bien sûr et surtout nous étions en pique-nique... en bref, ce matin, avant d'aller au centre de loisirs, moi et pitchoune sommes allés à la pharmacie pour faire enlever ce petit squatteur !

Voici des photos... avez-vous deviné le nom de ce petit animal suceur de sang

tete-tique.JPG

Un gros plan sur la bébête...

tique-gros-plan.png

Vous avez deviné ? Eh oui... une tique !

Une fois enlevée, la pharmacienne a été super sympa. Elle a montré la tique à Pitchoune avant de l'écraser (la tique bien sûr... pas Johann !). cette bestiole était bien vivante et entière.

La tique n'est pas un insecte, elle a huit pattes, c'est un arachnide tout comme les araignées et les scorpions.

mardi 20 mai 2014

Jolie musaraigne...

Un article qui fera plaisir à Corinne. Manon, cette petite bête est adorable comme tout mais attention sa morsure est venimeuse.

Un bébé musaraigne s'est invité dans ma tondeuse... Nous avons largement pu l'observer. Johann l'a caressé et l'a pris entre deux doigts.

Quelques vues de gros plans :

... de face ...musaraigne1

... de profli ... musaraigne2

... de dessus ... musaraigne3

... autres vues ... musaraigne4

musaraigne5

... caresses ... musaraigne6

... entre les doigts ... musaraigne7

Un peu de culture : la musaraigne .

Musaraigne : "souris-araignée"

  • C'est un carnivore... et oui... pas de danger pour vos cultures et vos récoltes... ce n'est pas une souris ni un mulot !
  • Elle a un museau en forme de trompe... ce n'est pas du tout le cas pour la souris !
  • De 9 à 14 cm et un poids de 10 à 15g.
  • Habitat : broussailles, bois, champs, haies, prairies, parcs et jardins. Elle peut entrer dans les maisons à l'automne à cause du froid.
  • Son nid : mousse, herbes sèches, feuilles. Dans une touffe d'herbes, une anfractuosité, sous un tronc couché, entre des racines, dans un terrier déjà existant.
  • Diurne et nocturne
  • Elle nage très bien.
  • Elle se déplace très vite, et examine le sol avec son long museau fin.
  • Sa consommation : insectes, vers de terre, escargots, limaces, petits vertébrés (souris et musaraignes). Elle mange l'équivalent de son poids chaque jour.
  • Son domaine : 100 à 1000 m².
  • Elle est solitaire sauf en période de reproduction.
  • très agressive
  • Communication : elle gazouille quand elle est active. Elle pousse des petits cris aigus quand elle est agressive.
  • Elle se reproduit d'avril à août.
  • Au moins 2 portées par an de 1 à 10 petits.
  • Gestation : 20 jours. Elle nourrit ses petits pendant 23 jours puis les petits s'émancipent.
  • Les jeunes sont nus et aveugles à la naissance. À 9 mois, le pelage apparaît. Ils ouvrent les yeux à 16 jours.
  • Seule la femelle élève les petits.
  • Longévité : 12 à 18 mois dans la nature.
  • Mortalité : très importante dans les premiers mois. Très peu vont survivre pour pouvoir se reproduire.
  • Ce n'est pas une espèce menacée.
  • C'est un auxiliaire du jardinier.

vendredi 9 mai 2014

Vive les araignées...

Hier dans mon jardin, j'ai photographié ces bébés araignées... j'aime leur souffler dessus pour les observer en train de s’éparpiller puis de se regrouper de nouveau en une petite boule jaune et noire. Ce sont des "Épeires Diadèmes".

Voici l'adulte (pour info : après avoir été fécondée, la femelle tue et mange son compagnon, qui est plus petit qu'elle, d'un instant si celui-ci ne déguerpit pas assez vite au goût de la dame... il faut dire qu'il représente un bon paquet de protéines pour la fabrication des œufs...)

araignée1

L'épeire diadème :

C'est une espèce d'araignées très commune dans les jardins. On la reconnaît facilement grâce au dessin d'une croix faite de taches blanches sur son abdomen.

Sa toile est généralement grande et régulière. Elle se tient en son centre, la tête vers le bas. Elle se nourrit d’insectes de petite taille qu’elle tue grâce à son venin. Elle les enveloppe aussitôt dans un cocon de soie.

Elle peut piquer l’homme, mais sa morsure n’est pas dangereuse.

La reproduction a lieu en août-septembre. La femelle dépose ses œufs dans une sorte de cocon jaunâtre, arrondi où les œufs vont hiberner. Les adultes meurent à la fin de la saison. Au printemps, des centaines de petites araignées jaunâtres vont éclore.

bebe-araignees-5.JPG

araignée2

Un autre groupe avec éclatement de la boule à cause d'un coup de vent brusquement provoqué par ma personne.

araignée4

araignée5

Punaise (2) !

Quelques jours ont passé (une bonne semaine) et voici que les œufs qui étaient verts unis offrent un autre visage... Si vous regardez bien, on voit que tous les œufs sont habités et devraient donner naissance à une punaise.

punaise5

punaise4

Attendons encore quelques jours pour voir ce que ces œufs vont devenir...

jeudi 1 mai 2014

Punaise (1) !

En regardant un peu partout hier dans le jardin, voilà que je tombe sur une série d’œufs minuscules, verts clairs et très bien agencés. Ils se trouvaient sur une feuille de lilas.

Ils ne sont pas allongés et jaunes donc ce ne sont pas des œufs de coccinelles. Je pense alors aux punaises vertes ou marrons car j'en vois souvent sur mes lilas. Après quelques recherches sur la toile... il semblerait que ce soit des œufs de punaises vertes... ce que je compte bien vérifier dans les semaines à venir au moment de l'éclosion.

Voici les œufs en question :

punaise2

punaise3

punaise1

Elles se sont envolées !

Mardi après-midi, je visitais de nouveau le nichoir sachant que les petiots allaient quitter le nid d'ici peu... ils s'étaient installés en étoile, becs vers les parois et j'en ai compté non pas six mais huit... huit petites mésanges charbonnières.

Le lendemain matin il pleut, je ne peux pas aller les photographier... j'y vais l'après-midi... mais voilà que le nid est vide... huit petites mésanges se sont envolés pour toujours dans la plus grande discrétion ... elles rencontreront beaucoup d'ennemis naturels (chats, gelées, manque de nourriture, ...) ou humaines (pollution surtout). Les plus coriaces (environ 2 sur 8) survivront et donneront elles-mêmes une nouvelle nichée l'année d'après. Bon vent petites mésanges.

nichoir2

mercredi 23 avril 2014

Une ruche sacrée...

En faisant des tours du quartier en vélo, moi et Johann avons trouvé une ruche sacrée hier soir.

Un trou... christ 1

Quelques abeilles entrent et sortent de ce trou... christ 2

christ 3

Voici la ruche... Oui, le Christ abrite une ruche... christ 4

Les abeilles lui tournent autour... christ 6

christ 5

L'entrée est très visible... christ 7

Nous avons signalé le nid à la secrétaire de la mairie du village... je ne sais pas si quelqu'un profitera du miel que les abeilles ont emmagasiné dans le corps du Christ.

lundi 14 avril 2014

Un nid de guêpes dans le cabanon.

Voici une reine bien décidée à s'installer dans notre cabanon...

guêpe1

guêpe2

guêpe3

Vues de ce très joli nid...



guêpe4

guêpe5

On y aperçoit les premières larves qui seront les premières ouvrières à travailler avec la reine. Quand il y aura assez d'ouvrières, la reine se consacrera uniquement à pondre... fini les travaux de maçonnerie pour elle. Les ouvrières agrandiront le nid peu à peu pour abriter une colonie de plus en plus importante...

guêpe-larve

Enfin, je vais m'occuper de ce petit nid avant que les premières ouvrières sortent... pas question d'héberger un essaim de guêpes avec un enfant dans les parages. Et puis, comment vont-elles payer le loyer ? En pâte à papier ?

Et là, dans un pot de fleurs transformé en nichoir qui n'a jamais abrité d'oiseau ? Qu'est-ce qu'il y a ? Un petit nid de polistes (une espèce de guêpes).

poliste

mercredi 6 novembre 2013

Le clairon des fourmis

Voici un petit insecte (oui, il a bien 6 pattes, 2 ailes, 2 antennes, un thorax, une tête et un abdomen) qui s'est invité à notre dîner hier soir... après recherches, il s'appelle "clairon des fourmis" ou "Thanasimus formicarius".

Qui est le "clairon des fourmis" ?

C'est un petit coléoptère.

C'est un insecte utile : il vit sur les vieux troncs des conifères ou les tas de bois où il poursuit les Bostryches, les scolytes et d'autres insectes xylophages (mangeurs de bois).

La larve est rouge et elle s'attaque aux larves des insectes xylophages.

Il fait un peu moins d'1cm de long.

Il vole très bien.

Quelques photos... hélas pas de bonne qualité... mais il faisait trop sombre ! C'est pas grave ça permet de voir à quoi ressemble cet insecte qui est entré dans la maison avec le bois de cyprès qui va nous chauffer cet hiver.

clairon2.JPG

clairon3

clairon4

clairon5

clairon6

dimanche 13 octobre 2013

Rencontre inattendue...

Dimanche dernier nous sommes partis faire un tour dans une forêt à côté de notre village. Presque à la sortie de cette dernière nous découvrons une huitaine de ruches... nous avons pu nous approcher sans risque de piqûre car il faisait frais donc les abeilles étaient enfermées dans les ruches...

ruches

... et comme nous sortions du bois, nous rencontrons le propriétaire de ces ruches. L'apiculteur arrivait juste. Il s'est équipé devant nous et il y en a un qui n'a rien perdu de la scène. L'apiculteur lui a même confié pour un court instant le piège qu'il destinait aux frelons asiatiques qui ont été signalés dans la zone (ces derniers peuvent attaquer les ruches et détruire les essaims). Il s'équipera aussi d'une raquette de badminton pour tuer (telle une tapette mais à la taille des frelons) d'éventuels frelons qui viendraient l'enquiquiner.

apiculteur1

apiculteur2

apiculteur3

Cet homme intervient dans les écoles (maternelles ou primaires) et il a su intéresser Johann en répondant très simplement à ses questions et remarques. Ce fut une petite leçon de chose sympa. De plus Johann adore le miel... comme sa maman !

Cette rencontre m'a rappelé mon grand-père paternel qui faisait son miel dans les bois derrière sa maison. Nous l'avons vu plusieurs fois dans cette tenue, avec son enfumoir...

samedi 7 septembre 2013

quelle belle tête !

Une petite photo prise par papa au zoo de Pont Scorf, à côté de Lorient, début août.

girafe

mercredi 24 juillet 2013

Les loches... ou grosses limaces !

En Bourgogne, Johann a fait connaissance avec les loches lors d'une petite balade le matin.

loche2

Après une nuit de vadrouille, les loches (ou grosses limaces grises ou rouges) retournent se mettre à l'abri dans un endroit humide... c'est impressionnant de voir qu'elles décident de faire ça toutes en même temps... aussi, il est très facile de les observer sur la route. Nombre d'entre elles arriverons à se cacher du soleil mais nombre d'entre elles finiront dans le bec d'oiseaux ou cuiront sur le goudron sous les ardents rayons du soleil !

La loche rouge (Arion rufus):

loche1

C'est une espèce de mollusque de la famille des Arionidae. Elle mesure de 10 à 12 cm de long. Elle est nocturne et diurne par temps humide. Elle mange des plantes fraîches et parfois des charognes.

Le mot "limace" désigne des gastéropodes sans coquille externe. Elles mesurent de 1 à 30 cm. Elles ont quatre tentacules (deux qui ont des yeux et deux qui sont utilisés pour capter les odeurs).

Anatomie :

loche3 (Wikipedia)

1) Queue

2) Bouclier ou manteau

3) Tentacules supérieurs

4) Tentacules inférieurs

5) Pneumostome

6) Pied

7) Sole de reptation

mercredi 3 juillet 2013

Vive les gendarmes...

Non Johann, faut pas taper sur les gendarmes... ils ne te mangeront pas mais te chatouilleront...

gendarme1

gendarme6

gendarme4

gendarme5

- page 1 de 3