jeudi 19 avril 2018

Les craies... c'est magique

Mettez des craies de toutes les couleurs dans les mains d'un enfant,

mettez un tableau géant sous les fesses d'un d'enfant,

et laissez faire son imagination...

craies.jpg

Le tableau ? un trottoir qui sert de parking et qui est vide de voitures en journée... Les enfants adorent le mettre en couleur !

À bientôt...

mercredi 18 avril 2018

Alexis découvre les pissenlits

pissenlits.jpg

Depuis quelques jours, Alexis cueille tous les pompons de pissenlits qu'il trouve... et il souffle, souffle, souffle... et il me fait souffler, souffler, souffler... il adore et ne se lasse pas !

mardi 17 avril 2018

Dans l'herbe fraîche

jouer-dans-herbe.jpg

Enfin le soleil du printemps est arrivé... l'herbe pousse et prend de la hauteur... et les enfants font des galipettes. Les vêtements finissent par se teinter de vert mais qu'importe, ils s'en donnent à cœur joie... la machine à laver fera disparaître ces taches.

Gambader dans l'herbe après une journée d'école... c'est royal, n'est-ce pas ?

À bientôt...

dimanche 15 avril 2018

Réveil nocturne

Vive les réveils nocturnes...

couverture1.jpg

couverture2.jpg

couverture3.jpg

couverture4.jpg

Quand Johann nous appelle la nuit, ce qui est devenu très très rare, je ne l'entends pas ! Il n'y a que son papa qui l'entend... il ne crie pas, il appelle tout simplement. C'est en général parce qu'il a mal aux jambes (croissance).

Par contre quand Alexis nous appelle... il me fait sursauter à chaque fois : il crie et cela ressemble à un cri de terreur. Et en plus il insiste en se répétant plusieurs fois... tout ça pour... une couverture à remettre en place !

Et vos enfants, pourquoi vous réveillent-ils la nuit ?

À bientôt !

samedi 14 avril 2018

La folie trottinette

Les enfants, c'est bien connu, adorent les engins qui roulent et qu'ils peuvent manipuler seuls... ils adorent aussi les utiliser d'une façon autre que celle prévue à l'origine... rouler tout simplement. Mais, ce n'est pas le plus amusant... alors, ils y vont à leur manière !

La trottinette est sympa pour faire des "figures" : rouler le long d'une pente, sauter, tournoyer, ... mes petits gars s'essayent à tout... et quand cela se passe au skate-park, le casque est obligatoire !

trottinette.jpg

À bientôt !

vendredi 13 avril 2018

Badminton or not badminton !

Hier midi, comme il faisait beau et bon, je laisse les garçons jouer dehors pendant que le repas chauffe... ils sortent les raquettes de badminton...

Autant pour Johann, tout se passe bien... autant, pour Alexis, c'est plus difficile... mais il s'accroche et bientôt, il arrive à frapper le volant et à l'envoyer assez fort pour que son frère ne le rattrape pas !

Du découragement, notre second fils passe à la joie de voir son frère qui n'arrive pas à attraper ses volants !

badmington.jpg

À bientôt !

jeudi 12 avril 2018

Vive le UNO

Le UNO, vous connaissez ?

Alexis a découvert ce jeu dimanche dernier et depuis, il joue et rejoue à ce jeu. Johann n'y avait plus joué depuis un certain temps, le voilà qu'il retrouve du plaisir d'y jouer. Leurs cartes préférées, pour les adversaires bien sûr (donc moi souvent !) et pas pour eux-mêmes, ce sont : passe ton tour, prends 4 cartes, prends 2 cartes, donne telle couleur,... L'art, pour eux, de donner des ordres à leurs parents sans être rouspétés !

uno1.jpg

uno2.jpg

uno3.jpg

À bientôt !

jeudi 1 mars 2018

Graisse et graines pour les oiseaux l'hiver

Je réédite mon article sur la fabrication de pains de graisse garnies de graines pour les oiseaux.

Ce début novembre est particulièrement doux... des journées très agréables en température bien qu'un peu humides parfois... nous avons même rouvert nos fenêtres la nuit... c'est pour dire ! D'habitude, fin septembre ou mi-octobre, les fenêtres se ferment la nuit jusqu'au printemps... le chauffage ne fonctionne pas encore... sauf un petit coup de chauffe de temps en temps pour chasser l'humidité !

Il faut tout de même commencer à penser à nourrir les oiseaux. Bien qu'il fasse encore doux et donc qu'il y a encore quelques insectes et des baies sauvages, ils ont besoin de nous pour résister à la fraîcheur des nuits qui sont de plus en plus longues.

Voici leur premier repas de la mauvaise saison. Je l'ai installé ce matin. Il va durer quelques jours car pour le moment, les oiseaux n'ont pas encore pris l'habitude de venir s'y servir. Quand ils auront découvert cette sources de nourriture, ils s'y serviront gracieusement. À moi de leur fournir ce dont ils ont besoin : protéines, graisses, ...

Pour ce premier repas (et ceux qui suivront) :

Il faut du saindoux (rayon charcuterie dans votre supermarché (le premier prix fera l'affaire)) et des morceaux de noix (c'est le cas ici, des noix de deux ans d'âge environ qui nous restaient) ou des morceaux de cacahuètes non salées ou des graines pour oiseaux... C'est bien aussi de varier les plaisirs.

1 / disposer le saindoux dans la soucoupe

saindoux1.JPG

2/ mélanger avec une fourchette les graines dans le saindoux

saindoux2.JPG

saindoux3.JPG

3/ placer dans la mangeoire

saindoux4.JPG

J'ai cette mangeoire depuis plusieurs années. Je l'avais construite avec mon père. Elle me sert toujours. Il faudra pourtant que je la restaure l'été prochain... il manque un morceau du toit. À l'entrée, j'ai rajouté deux tasseaux pour empêcher les merles, pies, tourterelles et pigeons de venir s'inviter. Eux ils sont censés se nourrir à terre. Ils auront aussi ce qu'il faudra. Cette mangeoire est réservée aux passereaux (mésanges, pinsons, verdiers...). Pour les chardonnerets, les moineaux et les tarins, une mangeoire en forme de tube et suspendue, remplie de graines diverses, est aussi prévue. À chacun son poste de nourrissage bien qu'ils ne s'interdisent pas du tout d'aller picorer les uns chez les autres...

Voici ma mangeoire : les mésanges adorent passer par les ouvertures sur les côtés.

saindoux5.JPG

saindoux6.JPG

À plus tard...

jeudi 1 février 2018

Encore quelques légumes au jardin

C'est la première année, que j'arrive à avoir des légumes au potager l'hiver. Il me reste encore des carottes et les poireaux qui continuent leur croissance (temps humide et doux depuis le début de l'hiver). Les bettes sont petites mais bien fournies. Et voilà une poêlée de légumes pour ce soir...

La cueillette : poireaux, carottes, bettes.

legumes1.JPG

La préparation des légumes du jardin...

Les légumes rajoutés : pommes de terre, rutabaga, navet, oignon.

legumes3.JPG

La poêlée...

legumes4.JPG

J'ai gardé les feuilles de bette pour faire une quiche plus tard.

À plus tard...

mercredi 17 janvier 2018

Petite balade en solitaire

Ce week-end, j'ai pris du temps pour aller me balader toute seule... pas d'enfants pas d'homme... juste le chant des oiseaux et le calme de la campagne autour du Plessis.

Voici quelques photos...

plessis7.JPG Début de promenade

plessis2.JPG

plessis3.JPG

plessis4.JPG

plessis5.JPG

plessis6bis.JPG

plessis8.JPG

plessis1.JPG Fin de promenade

À bientôt...

mercredi 3 janvier 2018

Balade dans le 49 : Grez-Neuville

Le 1er de l'an, nous nous sommes baladés sur les bords de la Mayenne à Grez-Neuville. Ce fut une promenade très agréable bien qu'un peu frileuse.

Quelques images de cette balade... les photos sont de moi.

grez11.png Muriel

grez12.png Muriel

grez13.png Muriel

grez14.png Muriel

grez15.png Muriel

grez16.png Muriel

grez17.png Muriel

grez18.png Muriel

grez20.png Muriel

grez5.png Muriel

grez6.png Muriel

grez9.png Muriel

grez19.png Muriel

grez21.png Muriel

Grez-Neuville : deux communes en une seule.

Deux communes séparées par La Mayenne. Neuville daterait du IXème s. et Grez du XIème s.

La population : depuis 1793

  • au minimum : 765 habitants en 1975
  • au maximum : 1473 habitants en 2008
  • en 2015 : 1459 habitants

La Mayenne :

C'est une rivière qui prend sa source dans l'Orme au Mont des Avalois à 344m. d'altitude. Sa longueur est de 195km. Elle se jette, avec la Sarthe, dans la Maine qui se jette dans la Loire.

Rivière et fleuve :

  • Une rivière : c'est un cours d'eau qui se jette dans une rivière, un fleuve, la mer et parfois dans un lac.
  • un fleuve : C'est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan. Il est souvent long et a un débit important proche de la mer. Le fleuve reçoit les eaux de rivières qui sont ses affluents. Un petit cours d'eau peut être un fleuve s'il rejoint directement une mer ou un océan.

Donc, la Mayenne est une rivière qui se jette dans la Loire qui est un fleuve puisqu'il se jette dans l'océan Atlantique.

Grez-Neuville est un port fluvial.

Une écluse y est en activité côté Neuville. Aujourd'hui, la maison des éclusiers est un restaurant. En face de la maison, il y a une bergerie qui a été mise en place dans un ancien bâtiment : moutons et chèvres s'y côtoient. Les bateliers qui naviguaient sur ce canal s'appelaient les "voituriers sur eaux".

grez2.png Muriel

grez3.png Muriel

grez7.png Muriel

grez8.png Muriel

Les moulin de Grez-Neuville :

Trois moulins ont fonctionné dans ces deux bourgs.

  • Un petit moulin du XVIIIème s. avec une roue à aube extérieur. Il n'en reste que le bâtiment (côté Grez).
  • Un moulin était installé au milieu de la rivière, il fut détruit en 1867.
  • Un grand moulin qui date de 1874. De la guerre jusqu'à 1956, il sera transformé en laiterie. Aujourd'hui, c'est une propriété privée. (côté Grez)

grez1.png Muriel

moulins.JPG Muriel

moulins-carte-postale.jpg

L'église St Martin de Vertou (côté Neuville) :

Elle fut fondée au XIème s. et fut consacrée au XIIème s. Elle est faite en "moëllons de grès" appelaient "pierres de roussard". C'est une roche granuleuse composée de grès ferrugineux, de grains de quartz et de ciment ferrugineux. En 1972, elle est inscrite aux Monuments historiques. La commune en est proriétaire.

grez4.png Muriel

Le chemin de halage :

grez10.png Muriel

À bientôt pour une autre balade ici ou ailleurs...

mardi 26 décembre 2017

Dordogne 4 : St-Amand-de-Coly

Notre séjour en Dordogne nous a emmené dans un camping tout près d'un joli petit village au riche patrimoine culturel : St-Amand-de-Coly.

abbatiale17.JPGMuriel

Population :

  • en 1793 : 1150 habitants (premier comptage de la population et nombre maximum d'habitants depuis cette date)
  • en 1982 : 301 habitants (le minimum)
  • en 2014 : 395 habitants

Le nom de cette commune vient de St Amand qui était un ermite venu évangéliser la région au VI ème s. De 1792 à 1795, la commune s'appela Amand-de-Vallon.

Un monument domine ce village : l'abbatiale

L' ABBAYE DE COLY :

abbatiale12.JPGMuriel

abbatiale13.JPGMuriel

Le plan de l'église :

abbatiale15.JPGaffichage dans l'église

Petite histoire de ce lieu :

  • Vers 558, Sorue et ses disciples (Amand et Cyprien) s'installent dans les environs de ce village pour y mener une érémitique (une vie d'ermite).
  • En 585, le roi Gontran leur donne des propriétés pour fonder une communauté chrétienne.
  • Amand se retire dans une grotte et évangélise la population locale. À sa mort, une communauté s'installe sur le lieu qui deviendra St Amand.
  • En 857 (les guerres d'Aquitaine), l'abbaye est détruite.
  • En 1101, des moines suivant la règle des chanoines de St Augustin s'installent à St Amand.
  • Vers 1127, mort de l'abbé Guillaume (le premier de St amand). Il sera inhumé dans l'église abbatiale.
  • Au XIIème s. , l'église est prospère.
  • En 1347, il ne reste que 7 moines.
  • À la fin des la guerre de Cent ans, l'abbaye et le village sont en ruine. Ils seront reconstruit.
  • En 1483, il y a 12 chanoines.
  • En 1575, l'église est occupée par des troupes protestantes (les guerres de religions).
  • Louis XV autorisera la suppression de l'abbaye, les biens seront vendus.
  • Après la Révolution, l'église abbatiale devient une église paroissiale.
  • Au XIXème s. , l'église est réhabilitée.
  • En 1886, premier classement de l'église.
  • À partir de 1894, l'église sera peu à peu restaurée.
  • en 1965, l'église est classée aux Monuments Historiques.

Quelques vues de ce bâtiment :

abbatiale1.JPGMuriel

abbatiale10.JPGMuriel

abbatiale11.JPGMuriel

abbatiale16.JPGMuriel

abbatiale2.JPGMuriel

abbatiale3.JPGMuriel

abbatiale4.JPGMuriel

abbatiale5.JPGMuriel

abbatiale6.JPGMuriel

abbatiale7.JPGMuriel

abbatiale9.JPGMuriel

Les défences de l'abbaye :

Les chanoines possédaient des terres et avaient des droits sur la population. Ils pouvaient être en conflit avec les seigneurs voisins. Il y avait aussi de nombreuses guerres. Il fortifièrent l'église : chemin de ronde, terrasses de défense, une épaisse muraille flanquée de tours et des hourds (voir les photos ci-dessous).

defences-abbaye.JPGaffichage de la commune

Des hourds, il ne reste plus que les supports en pierre fichés dans les murs.

defences-abbaye2.JPG Muriel

defences-abbaye3.JPGMuriel

Moines et chanoines :

  • les chanoines (selon la définition donné sur ce site) : "Titre donné initialement à des religieux. Les chanoines réguliers vivent généralement selon la règle de Saint Augustin. Les chanoines séculiers sont des clercs diocésains, membres d’un chapitre cathédral ou collégial, ou de certaines basiliques dont la fonction essentielle est de réciter l’office divin. Chanoine honoraire est un titre honorifique donné à certains ecclésiastiques."

abbatiale14.JPGaffichage de la commune de St-Amand-de-Coly

  • les moines (selon la définition donné sur ce site) : Les premiers moines ayant été des ermites, le mot a continué à s’appliquer aux diverses formes de la vie monastique (ermites ou non) comme signifiant le retrait du monde et une vie de prière signe d’une pleine consécration à Dieu.
LA MAISON DES GARDIENS :

Cette ancienne maison est séparée de l'église par un escalier et un petit chemin de terre. Cette maison se visite. C'est une grande pièce vide.

maison-des-gardiens.JPGMuriel

Le sol, les murs et les lauzes du toit sont en calcaire. La charpente est en chêne et en châtaigner. Cette-dernière peut supporter de 500kg à 1tonne de lauzes au m2. Le sol est formé de cailloux (comme les rues du village).

lauzes.JPGMuriel

des-cailloux-comme-route.JPGMuriel

L' ANCIEN PRESBYTÈRE :

C'est actuellement la mairie.

ancien-prebistere.JPGMuriel

À la fin du XVIIIème s., un curé a remplacé les derniers chanoines. Il sera logé dans ce bâtiment. Ce presbytère est complété d'un pigeonnier et d'un four à pain. Il a été restauré en 1948.

UN SÉCHOIR À NOIX :

La noix est un fruit cultivé dans le Périgord Noir. Il y a donc un séchoir à noix dans ce village comme dans bien d'autres endroits de cette région. Aujourd'hui, c'est une petite boutique de souvenirs et un lieu où on peut déguster un tisane ou du café.

Au Moyen-Âge, l'huile de noix servait de monnaie d'échange. Pour cela les noix étaient séchées puis pressées.

Le bâtiment a des claustras dans les murs afin de protéger la récolte de la pluie et du soleil. On redoutait que les noix moisissent. Les ouvertures étaient larges afin de faciliter la ventilation et le séchage. Et enfin, le sol était fait en claire-voix pour une aération par le bas et une protection contre les oiseaux et les rongeurs.

sechoir-a-noix.JPG

LE SÉCHOIR À TABAC :

Le tabac fut introduit en France par Jean Nicot en 1560. Mais c'est seulement après la Première Guerre Mondiale qu'il fut cultivé en France. Ce village avait un séchoir à tabac. C'est aujourd'hui la salle des fêtes.

Il est composé de vantaux qui permettaient de contrôler le taux 'humidité dans le bâtiment lors du séchage. Les plants de tabac étaient suspendus à un fil pour le séchage puis étaient assemblés par paquets de 25 feuilles (les manoques) pour être vendus.

sechoir-a-tabac.JPGMuriel

LE VIEIL HÔPITAL :

Il a été construit en 1381 puis sera détruit. Seules les caves sont de cette époque. Il sera reconstruit au XVIIème s.

Il accueillait les pèlerins de passage, les pauvres ainsi que les malades.

le-vieil-hopital.JPGMuriel

LA TRUFFE DU PÉRIGORD : Je ne vous en dis pas plus... allez à St-Amand-de-Coly pour en apprendre plus, plusieurs panneaux très bien fait vous explique cette production.

vue5.JPGMuriel

UN MUSÉE SUR L' ÉCOLE D'AUTREFOIS :

Johann y a écrit à la plume et à l'encre violette. La personne qui s'occupe de ce lieu, qui est aussi l'office de tourisme est très sympathique et elle vous apprendra mille choses passionnantes sur ce village et son patrimoine.

vue4.JPGMuriel

Nous quittons ce village en passant par la fontaine : LE LAVOIR DE L'HÔPITAL :

Le linge des indigents (pauvres et malades) y était lavé et rincé. Il a été reconstruit en 1909 et réhabilité en 2010.

fontaine1.JPGMuriel

fontaine2.JPGMuriel

fontaine6.JPGMuriel

fontaine3.JPGMuriel

fontaine5.JPGMuriel

fontaine4.JPGMuriel

Le Lébérou viendrait de temps à autre à ce lavoir...

LE LÉBÉROU :

Le Lébérou est un homme ou une femme qui a mal agi. Pour racheter ses fautes, il s'habille d'une peau de renard, de lapin,de loup ou de lièvre. Il doit ensuite se tremper dans une fontaine pour devenir mi-homme mi-bête et passer à l’ombre de la lune sous sept clochers la même nuit. Comme cela le fatigue, il saute sur le dos d'une personne qui a l'imprudence de croiser son chemin la nuit et se fait transporter. Mais jamais il ne réussit son épreuve. Alors, il revient à la fontaine pour reprendre son apparence humaine.

Le_Leberou-300x300.jpg Maurice Albe

La visite de St-Amand-de-Coly est terminée. À bientôt.

vendredi 22 décembre 2017

Dordogne 3 : Les Eyzies

Les Eysies mais pas côté Préhistoire...

eizies1.JPG Muriel

eizies2.JPG Muriel



eizies3.JPG Muriel

eizies6.JPG Muriel

eizies5.JPG Muriel

eizies4.JPG Muriel

L'église et ses gargouilles...

eizies7.JPG Muriel

gargouille1.JPG Muriel

gargouille2.JPG Muriel

gargouille3.JPG Muriel

gargouille4.JPG Muriel

Les gargouilles servent à évacuer les eaux de la pluie à distance des murs pour les tenir à l'abri des dommage causés par l'eau. Dans l'ancien français "gargouille" voulait dire "gorge". Les gargouilles étaient sculptées dans la pierre. Elles représentent souvent des personnages fantastiques pour effrayer le Mal. Elles rappellent aussi aux fidèles qu'ils devaient se méfier du Démon. Elles existent depuis le Moyen-Âge.

mercredi 20 décembre 2017

Dordogne 2 : St-Léon-de-Vézère

Pendant notre séjour en Dordogne, nous sommes allés visiter le village de St-Léon-de-Vézère. C'est un village qui longe la Vézère, une rivière de 192 km de long qui se jette dans la Dordogne. Bien que pas très grand, ce bourg est riche en patrimoine.

Le manoir de la Salle :

Il est composé d'une tour carrée et d'un manoir (prieuré).

La tour est un donjon carré construit au XIVème siècle. C'était le logis. manoir1.JPG (Muriel, 2017)

Contre le donjon, il y a une tourelle qui renferme un escalier à vis. Le toit de la tour est à quatre pans et est recouvert de lauzes. Sous le toit il y a un chemin de ronde et des mâchicoulis qui font le tour du donjon.

manoir3.JPG (Muriel, 2017)

manoir2bis.JPG (Muriel, 2017)

Sur la façade, on aperçoit les latrines.

manoir4.JPG (Muriel, 2017)

manoir5.JPG (affichage de la commune)

Il a été restauré en 1969.

Au XVème s., un manoir est construit à côté de la tour.

1024px-Saint-Leon-sur-Vezere_Salle__manoir_.jpg (Père Igor, 2011, CC BY-SA 3.0)

Jusqu'au XVIème s., le domaine a appartenu à la famille de Mârtres. Puis, il a appartenu à la famille Vivans, puis à la famille Cheyland en 1630.

L'église St-Léonce :

eglise1.JPG(Muriel)

Elle est construite au XIème et XIIème siècles.

À l'origine, ce prieuré bénédictin dépendait de l'abbaye de Sarlat. C'est une église romane à plan cruciforme.

eglise9.JPG (affichage de la commune)

eglise4.JPG(Muriel)

eglise5.JPG(Muriel)

eglise7.JPG(Muriel)

Le toit est fait de lauzes posées sur une charpente en chêne.

eglise8.JPG (affichage de la commune)

Le clocher est carré et est percé de plusieurs baies à plein-cintre.

eglise3.JPG(Muriel)

eglise6.JPG(Muriel)

Elle a été construite sur les vestiges d'un bâtiment romain.

Cette église a été classée aux Monuments historiques en 1942.

Le château de Clérans :

chateau5.JPG(Hans Hillevaert, 2006, CC BY-SA 4-0)

Il a été construit au coeur du village au XVIème s. par la famille Massault. Il a été restauré au XIXème s..

Il possède des toits recouverts d'ardoises (matériau noble à l'époque) et des fenêtres à meneaux pour laisser pénétrer plus de lumière dans les pièces à vivre.

chateau2.JPG(Muriel)

chateau3.JPG(Muriel)

chateau4.JPG(Muriel)

C'est une propriété privée, ce château n'est pas visitable.

chateau1.JPG(Muriel)

Les échoppes :

echoppe3.JPG(affichage de la commune)

Ce village a de nombreuses petites ruelles qui s'appellent des couredous en occitant. Dans ces dernières, il y a de nombreuses échoppes d'artisans-commerçants. Elles datent du XIXème s. Aujourd'hui encore, ces échoppes sont occupées par des artisans-commerçants et des artistes. Ces petits établissements ont un étal donnant sur la rue. Les commerçants y exposés leurs marchandises.

echoppe2.JPG (Muriel) echoppe1.JPG(Muriel)

Chat :

chat.JPG (Muriel)

L’Ornithorynque :

Nous avons fait la connaissance d'un auteur / éditeur dans ce village : Yannick Beaupuis

ornitorynque.jpg(Muriel)

Allez lui faire une visite si vous passez par ce village. Il est très sympathique et prêt à vous expliquer son travail et le fonctionnement de sa découpeuse-laser. Il vend en direct livres et objets de décoration.

Nous nous avons craqué pour (cliquer ci-dessous) :

Ceci est ma maison.

Cest-ici-ma-maison-couverture5.jpg

Ceci clos cet article. À plus tard...

dimanche 17 décembre 2017

Dordogne 1 : gouffre de Padirac

Cette été, nous sommes allés en Dordogne pour nos vacances. Nous avons beaucoup apprécié notre séjour. Nous avons poussé notre route jusqu'au Lot pour visiter le gouffre de Padirac.

Le gouffre de Padirac

C'est une cavité naturelle de 35 mètres de diamètre et de 103 mètres de profondeur. Un effondrement de la voûte, il y a environ 10 000 ans, en serait à l'origine.

682px-Padirac_17.jpg(Sail over, 2010, CC BY-SA 3.0)

padirac1.JPG( Muriel) Vue d'en haut

padirac2.JPG( Muriel)

padirac3.JPG(Muriel)

padirac4.JPG( Muriel)

padirac5.JPG( Muriel)

padirac5c.JPG( Muriel)

padirac6.JPG( Muriel)

padirac7bis.JPG( Muriel)

Un peu de culture :

Que-est-ce qu'un gouffre ? C'est une dépression naturelle profonde, voire très profonde. Ses parois sont assez abruptes.

La descente dans le gouffre de Padirac :

En 1889, Édouard- Alfred Martel découvrait la rivière souterraine qui s'écoule au fond de ce gouffre. Cette rivière se jette dans la dordogne.

En 1897, un escalier a été mis en place pour accéder au fond du gouffre et à la rivière.

Fin 1898, les premiers touristes visitent ce gouffre.

En 1900, l'éclairage électrique est installée dans le gouffre et le souterrain.

En 1930, L'accès peut se faire en ascenseur.

682px-Gouffre_de_Padirac_-_la_promenade_en_barque__2_.jpg(Société Cinemaphoto de Toulouse, 1969, propriété de J. P. Bazard, CC BY-SA 3.0)

De nos jours, on peut accéder au fond du gouffre par les escaliers ou par l'intermédiaire de 3 ascenseurs (avec escaliers tout de même).

La visite : elle comprend la descente dans le gouffre, une marche sur un quai le long de la rivière, une tour en barque pour continuer la visite, une deuxième marche dans des salles naturelles et très belles, puis le retour par le même chemin qu'à l'aller.

Attention, dès que l'on met les pieds dans la barque et jusqu'au retour sur le même quai d'embarquement, il est interdit de prendre des photos. Par contre, une photo de votre embarcation (et de ses passagers bien entendu) sera prise par un appareil au flash puissant qui est caché fixé à la paroi. Si vous voulez cette photo, pas de souci à condition de sortir votre porte-monnaie.

Dans le souterrain, il fait 13°C toute l'année et l'eau de la rivière est de 12°C. Il faut penser à prendre une petite laine et aussi des vêtements contre l'humidité.

Le souterrain culmine à 80m et la rivière a une profondeur qui peut aller jusqu'à 6m.

La statue : Son nom : Tout simplement

C'est l’œuvre de la sculptrice Isabelle Thiltgès, qui est Belge. Voir ici pour mieux la connaître.

Visez la petite statue sur l'épaule de la grande :

padirac5b.JPG(Muriel)

padirac5c.JPG(Muriel)

Padirac :

C'est une commune du Lot. Ses habitants sont les Padiracois (es). Elle a été créée en 1828.

Nombre d'habitants :

  • En 1836 : 383 habitants (le maximum enregistré depuis 1793)
  • En 1982 : 148 habitants (le minimum enregistré depuis 1793)
  • En 2014 : 171 habitants (dernier recensement)

Je vous dis à Bientôt pour une autre découverte de notre voyage en Dordogne.

mercredi 13 décembre 2017

Larmor Plage, un jour de grand vent

Dimanche dernier, le matin, nous partions à Larmor Plage pour faire voler le cerf-volant avant de revenir en Anjou l'après-midi. Mais voilà... il y avait trop de vent... alors ça a été plutôt : courir sur la plage, faire des dessins dans le sable, essayer de ne pas se faire rattraper par les vagues qui meurent sur la plage, courir vers les oiseaux pour les faire s'envoler... et prendre un bon bol d'iode.

Quelques photos pour faire durer ce moment.

Des vagues en rouleaux...

larmor-plage1.JPG

larmor-plage2.JPG

larmor-plage3.JPG

Des oiseaux...

larmor-plage11.JPG

larmor-plage7.JPG

larmor-plage8.JPG

larmor-plage12.JPG

larmor-plage13.JPG

larmor-plage14.JPG

larmor-plage15.JPG

larmor-plage16.JPG

larmor-plage17.JPG

larmor-plage18.JPG

larmor-plage19.JPG

larmor-plage21.JPG

larmor-plage22.JPG

larmor-plage23.JPG

Divers...

larmor-plage24.JPG

larmor-plage4.JPG

larmor-plage5.JPG

larmor-plage20.JPG

larmor-plage9.JPG

Nos enfants qui jouent...

larmor-plage6.JPG

a-enfants1.JPG

a-enfants2.JPG

a-enfants3.JPG

a-enfants5.JPG

a-enfants4.JPG

a-enfants6.JPG

a-enfants7.JPG

a-enfants8.JPG

a-enfants9.JPG

larmor-plage10.JPG

dimanche 10 décembre 2017

La plage de Kerminihy

Ce week-end, nous sommes allées nous promener sur la plage de Kerminihy pour faire du cerf-volant. Il y avait assez de vent, les garçons se sont bien amusés. Cependant, il pleuvait et il faisait froid. Nous ne sommes pas restés très longtemps sur cette plage. J'en ai tout de même profité pour prendre quelques photos.

kerminihy1.JPG

kerminihy10.JPG

kerminihy11.JPG

kerminihy12.JPG

kerminihy2.JPG

kerminihy3.JPG

kerminihy4.JPG

kerminihy5.JPG

kerminihy6.JPG

kerminihy7.JPG

kerminihy8.JPG

kerminihy9bis.JPG

Un peu de culture : plage de Kerminihy

La plage de Kerminihy est une plage sauvage d'Erdeven, dans le Morbihan. Elle est faite de sable fin et mesure 2 km de long. Elle s'étend jusqu'à l'embouchure de la Ria d'Étel. Elle est orientée sud - sud ouest. C'est aussi une plage protégée.
Cette plage n'est pas surveillée. La baignade y est autorisée cependant. Par contre, elle est interdite en face de la barre d'Étel.

La barre d'Étel : C'est un banc de sable infranchissable à marais basse. Elle se déplace avec les vents et les courants. Elle engendre un courant très violent et dangereux.

Alain Bombard : Il est né en 1924 et il est mort en 2005. Il voulait tester un radeau pneumatique (portant son nom) dans des conditions réelles et dangereuses. Il choisit pour cela l'embouchure de la Ria d'Étel. Le 3 octobre 1958, il se fait remorquer vers la barre d'Étel avec six autres hommes. Les sept hommes seront vite éjectés hors du canot. Le bateau de sauvetage "Vice Amiral Schwrer II" chavire en allant les secourir. Ce jour-là, il y aura neuf morts : quatre des compagnons d'Alain Bombard et cinq sauveteurs.

Alan-Bombard.jpg (photo tirée du site : http://moocs.southampton.ac.uk/oceans/2014/02/26/ocean-quotes-10-alain-bombard-biologist/)

Le TK Bremen : Le 16 décembre 2011, le cargo TK Bremen s'est échoué sur cette plage. Il était sous le pavillon maltais. C'était un vraquier construit en 1982 en Corée du Sud. Il sera démantelé directement sur la plage. __Un vraquier est un cargo destiné au transport de marchandises : sable, céréales, minéraux, ...

800px-TK_Bremen_-_by_G.Le_Mouel.jpg (Gwendal Le Mouël, CC BY-SA 4.0)

800px-TK-Bremen-1.jpg (Bruno Corpet, CC BY-SA 3.0)

800px-TKBremen-20120115-Zoom.jpg (KaTeznik, CC BY-SA 2.0)

dimanche 3 décembre 2017

L'église du Plessis-Grammoire

Quelques photos de l'église St Étienne du Plessis-Grammoire. C'est une très belle église, toute simple. Elle sert aussi de rond-point dans le bourg. C'est une église paroissiale catholique. Elle est dans la paroisse St François aux Portes d'Angers. Elle a été édifiée au XIème s.. Elle fut agrandie au XIIème s.

eglise10.JPG

Le coq traditionnel que l'on trouve sur beaucoup de clochers : eglise1.JPG

eglise11.JPG

eglise12.JPG

eglise13.JPG

eglise14.JPG

eglise15.JPG

eglise16.JPG

eglise17.JPG

eglise18.JPG

eglise19.JPG

eglise2.JPG

Le vitrail : il date du XIXème s., les scènes mélangent l'Ancien et le Nouveau Testaments. eglise20.JPG

eglise21.JPG

eglise22.JPG

eglise3.JPG

Le Christ Docteur : il date du XIIème s. eglise4.JPG

eglise5.JPG

eglise7.JPG

eglise6.JPG

eglise8.JPG

eglise9.JPG

Le chœur et les transepts datent du Moyen-Âge. Le style est du gothique angevin (Plantagenêt). Ils sont classés depuis 1922 aux Monuments historiques.

La nef est reconstruite en 1859.

samedi 2 décembre 2017

Promenade sur le bord de la Loire

Ce samedi, nous nous sommes promenés sur le bord de la Loire aux environs de la Ménitré (49). Il faisait froid, un froid sec. Les garçons ont couru et grimpé. Ils ont jeté des cailloux dans la Loire. Ils se sont éclatés. Voici quelques photos.

loire1.JPG

loire12.JPG

loire15.JPG

loire16.JPG

loire17.JPG

loire18.JPG

loire21.JPG

loire25.JPG

loire26.JPG

loire27.JPG

loire29.JPG

loire32.JPG

loire33.JPG

loire34.JPG

loire35.JPG

loire4.JPG

loire5.JPG

loire7.JPG

loire36.JPG

loire37.JPG

loire38.JPG

loire40.JPG

L'Abbaye de St Maur :

loire19.JPG

loire39.JPG

L'abbaye de St Maur (de Glanfeuil) se situe en face de la Ménitré (49).
Au VI ème siècle, St Maur (envoyé par St Benoît) aurait fondé l'abbaye de Glanfeuil.
Une villa gallo-romaine aurait été construite sur ce site.
L'origine de l'abbaye date du XIIème s. Sur le site, il y avait quatre églises dédiées.
Au XVIIIème s., un logis abbatial est construit.
Le site est restauré au milieu du XXème s. L'abbaye est classée aux monuments historiques en 1958 et en 1979. Elle y est inscrite en 1996.
Jusqu'en 1980, elle appartiendra aux Assomptionnistes. Puis elle est vendue aux Apprentis d'Auteuil. Puis elle est revendue au Conseil Départemental du Maine-et-Loire.
Aujourd'hui, c'est un centre d'accueil pour les classes découvertes et les colonies.

jeudi 16 novembre 2017

Mes albums et textes

J'ai quatre albums en préparation. Ils sont encore à l'état de brouillon.

J'ai pas mal de textes aussi, des courts, des longs. Je suis en train d'en relire pour les réécrire. Je prépare aussi des illustrations pour certains d'entre-eux.

Hier soir, j'ai décidé de reprendre mon projet "albums documentaires". Le premier est ébauché et traitera du cycle de vie de la coccinelle. Le "chemin de fer" est quasi prêt, il manque encore quelques pages (les gros plans illustrations et ou photos).

chemin-de-fer.JPG

Le "chemin de fer" permet de visualiser l'aspect qu'aura l'album une fois terminé. On visualise toutes les pages du livre en une seule fois.

Prochaine étape : finir de compléter le "chemin de fer".

- page 1 de 26